vue aerienne couleur 2-page-001_edited.jpg

Projets d'embellissement pour la Tour Sablon


La Nouvelle Maison du Peuple

Résultat d'un appel à projets pour la Tour Sablon lancé par Maurice Culot et la T.R.A. en 2021
 

Grâce au soutien de Maurice Culot, architecte et fondateur des Archives d’Architecture Moderne (AAM), La Table Ronde de l’Architecture asbl a lancé un appel à contre-projets pour repenser et transformer la tour Sablon à Bruxelles.

Construite dans les années 1960 en lieu et place de l'un des chefs d’œuvre de Victor Horta : la Maison du Peuple, cette tour de 26 étages, haute de 86 mètres, est emblématique de la bruxellisation, c’est-à-dire la destruction méthodique du patrimoine pour le remplacer par des immeubles écrasants, modenistes et voués à l’obsolescence.
 

Au début, pourtant, les gratte-ciel furent de style gothique ou renaissance, élevant leurs structures arachnéennes dans le ciel à l’image des cathédrales médiévales dont ils délaissaient la symbolique religieuse pour exprimer l’audace du Nouveau monde. La Tribune Tower à Chicago peut être considéré comme l’édifice iconique de cet effort d’interprétation moderne du Moyen-âge. Puis l’Art Déco, issu de la Sécession viennoise, apporta une note de fraîcheur, empreinte d’élégance liée à la naissance du Chic et truffée de symboles évocateurs de l’émancipation de la société, de la conquête de la vitesse, des ondes, des fluides et des techniques qui rapprochent les hommes. Le Rockefeller Center et le Chrysler Building à New-York en sont deux illustrations insignes.
 

Puis patatras, un modernisme moraliste a tout mis à terre. L’effort de culture et d’interprétation des civilisations a laissé place à la technique érigée en valeur suprême, au fonctionnalisme et ses déclinaisons de plus en plus faciles et paresseuses. Le mur rideau interchangeable en étant l’aboutissement.
 

LA TRIPLE FAUTE DE LA TOUR SABLON
 

La tour Sablon qui dresse, depuis 1965, ses 26 étages au-dessus des quartiers historiques des Sablons et des Marolles dans la capitale belge a remplacé un chef d’œuvre : la Maison du peuple de Victor Horta édifiée de 1896 à 1899. Ce saccage, aujourd’hui impensable, a pu avoir lieu parce que les Bruxellois des années 1960 ont été surpris par un ennemi intérieur, une coalition inattendue d’architectes, d’élus, de fonctionnaires, de journalistes et de spéculateurs fonciers à laquelle s’est jointe, cerise sur le gâteau, la traîtrise de la Commission des monuments historiques. Ce jour-là, les efforts d’une poignée de braves, dont Jean Delhaye, élève et protecteur de l’œuvre de Horta, n’ont pu empêcher l’irréparable et quelques anciens se souviennent d’avoir vu passer place du Sablon le profit au bras de la bêtise.
 

Il fallait encore que cette tour fût la plus massive, la plus disgracieuse, posée sur un socle affligeant. Jamais le slogan haineux « faisons table rase du passé » ne fut si bien illustré, d’autant que cette œuvre géniale, commanditée par les dirigeants éclairés du Parti Ouvrier, fut condamnée à la destruction par ses propres enfants.
 

L’HEURE DU CHANGEMENT A SONNÉ
 

Les tours urbaines modernes sont des effeuilleuses qui changent de vêtements tous les vingt ou trente ans. Les démolitions sont rares car elles représentent un droit à bâtir que peu de bâtisseurs peuvent se permettre d’abandonner.
 

Aujourd’hui, une parenthèse – celle du modernisme architectural – se referme. Comme la destruction de la Tour Sablon est inenvisageable pour des raisons financières et écologiques, nous proposons au propriétaire actuel et aux autorités de la ville de Bruxelles de considérer latransformation et l’embellissement de cette tourqui défigure actuellement le paysage du quartier du Sablon.
 

Pour ce faire, nous avons sollicité les membres de la Table Ronde de l'Architecture et les acteurs du mouvement de la nouvelle architecture traditionnelle pour imaginer des contre- projets humains, durables et utiles à la ville, et faire la tour honnie un beffroi à la gloire des traditions bruxelloises.
 

UNE TOUR EN L’HONNEUR DES STYLES BRUXELLOIS
 

Perçue comme un repoussoir depuis sa construction, la tour Sablon une fois rénovée pourrait s’imposer dans le ciel bruxellois comme le symbole régional, national et international de la reconquête du centre de la ville par ses habitants. Affecté au logement, son sommet comporterait une salle panoramique accessible au public.
 

On sait que des idées qui peuvent paraître aujourd’hui bizarres seront demain acceptées. Que serait Bruxelles si l’Atelier de recherches et d’actions urbaines (ARAU), n’avait pas lutté sans relâche depuis plus de quarante ans pour la sauvegarde de la spécificité bruxelloise et pour un urbanisme plus démocratique ? Aujourd’hui une équipe de jeunes Bruxellois rassemblés à l’enseigne de La Table Ronde de l’Architecture prend à son tour le flambeau pour défendre Bruxelles et suggérer des idées originales comme cet appel à contre-projets traditionnels pour la tour Sablon au cœur du Sablon.